Les fils de Monsieur Vincent
à Marseille 1643 — 2003

Vincent de Paul fit plusieurs voyages à Marseille entre 1605 et 1625 Sa visite en 1622 à l’arsenal et aux galères, en qualité d’aumônier général, fut déterminante pour l’envoi des premiers missionnaires.

En 1643, fin février, arrivèrent cinq prêtres de la Mission. Dés le 6 mars commença la mission auprès des forçats sous la conduite de Mgr Jean-Baptiste Gau, évêque de Marseille. L’exigence du travail auprès des galériens mobilisa autour des lazaristes un certain nombre de religieux de la Compagnie de Jésus, de l’Oratoire et de la Société des Prêtres du Saint Sacrement. Jusqu’à la fin du XVIle siècle, le nombre des galères à Marseille varia de quinze à quarante cinq, occupant une population de huit à dix mille forçats et de quatre mille soldats. Les aumôniers, au nombre d’une cinquantaine, ne se contentaient pas de prêcher et de catéchiser. La Mission assurait aux galériens la distribution de secours de toutes sortes, intercédant pour l’amélioration de leur sort ou leur libération.

En 1648, la communauté des missionnaires, pour assurer ses divers ministères, construisit la Résidence de la Mission dans le périmètre dessiné par les rues Tapis-Vert et Thubaneau, le boulevard Dugommier et la rue Longue des Capucins. L’entrée de la Résidence donna son nom à la rue qui le porte toujours : «Rue de la Mission de France», ainsi dénommée pour distinguer cette communauté missionnaire venue de Paris d’une autre société de prêtres missionnaires en Provence.
Outre l’aumônerie des galères, les prêtres de la Mission prêchent des missions populaires dans les paroisses de la périphérie de Marseille et dans de nombreuses villes provençales. Sont également accueillis à la Mission les futurs prêtres et les ecclésiastiques pour des retraites. C’est là que prend naissance, de par la volonté de Vincent de Paul, conformément aux directives du Concile de Trente, le premier séminaire pour la formation des aspirants au sacerdoce.

En 1673, Mgr de Forbin-Janson, évêque de Marseille, au cours du synode reconnaît le séminaire de la Mission comme diocésain. Cette même année, l’église de la Mission (aujourd’hui chapelle Saint Pie X) est consacrée.
Jusqu’à la Révolution, les lazaristes assurent la formation du clergé et donnent de nombreuses missions dans les paroisses de Provence.

1792 : Expulsion et dispersion des missionnaires.

1801 : Revenus d’exil, trois prêtres de la Mission, anciens directeurs du séminaire, cherchent à relever la résidence de la Mission de ses ruines. Sans résultat. L’un deux, M. Vébert, est chargé par l’archevêque d’Aix (le diocèse de Marseille étant supprimé) de fonder et de construire l’église Saint Vincent de Paul (Les Réformés) en 1803.

1862 : A la demande de Mgr Cruice, successeur de Mgr de Mazenod, les lazaristes reviennent à Marseille pour desservir le sanctuaire dont la «Tour-Sainte» a été érigée en 1854 à l’occasion de la proclamation du dogme de l’Immaculée-Conception.

1864 : L’évêque, après le départ des Oblats de Marie, confie aux prêtres de la Mission la direction du séminaire diocésain. Ils y resteront jusqu’en 1906, après la séparation des Églises et de l’État.

Regroupés à «Tour-Sainte», les lazaristes s’adonneront surtout aux missions paroissiales et à la prédication de retraites.

Depuis le Concile Vatican II, les prêtres de la Mission sont insérés dans la pastorale du diocèse en privilégiant les services auprès des plus défavorisés. Au cours de ces dernières décennies, selon les appels de l’Église de Marseille et leurs aptitudes, ils ont exercé leur ministère à l’aumônerie de la prison des Baumettes, auprès des enfants handicapés, des gitans et gens du voyage, des malades et des toxicomanes.

Aujourd’hui, leur action apostolique se poursuit auprès des détenus des Baumettes, à la Maison de soins de l’Angélus, à l’hôpital Sainte-Marguerite, auprès des jeunes et des adultes des paroisses de Saint-Louis, La Viste, Les Crottes, La Cabucelle, et dans l’animation spirituelle de divers groupes : Conférences Saint-Vincent de Paul, Mouvement Chrétien des Retraités, communautés de Filles de la Charité…

Deux communautés lazaristes sont présentes à Marseille : à la Viste et rue d’Austerlitz.

Pierre CAUSSE
Prêtre de la Mission

POUR ALLER PLUS LOIN
Henri Simard : «Saint Vincent de Paul et ses Œuvres à Marseille» (Lyon 1894)
Pierre Coste : «Monsieur Vincent le Grand Saint du Grand Siècle», (Desclée de Brouwer 1931)

L’ÉGLISE AUJOURD’HUI À MARSEILLE - 233